Les Rivières de l'Ouest vues par Vanessa de "Le Blog Cash Pistache"

Publié le 21/09/2022
Catégories
Ils ont testé pour vous
Image
balade en toue
WYSIWYG

Rivières de l'Ouest a accueilli Vanessa de Le Blog Cash Pistache en juin dernier. Elle nous raconte son escapade le long des rivières.

 

Depuis ma Provence natale, je prends le train pour Angers en cette journée caniculaire de juin. En arrivant sur les bords de la Maine, j'admire le paysage. Le ciel semble tout droit sorti de ces peintures hollandaises. Face à moi, les clochers de la cathédrale pointent joliment dans le prolongement du large pont de pierre qui enjambe la rivière.

Image
cathédrale d'Angers

 

Plus tôt, je me suis promenée dans la vielle ville, le nez en l'air, m'arrêtant à chaque coin de rue en faisant des oh et des ah. Car, il est certain, Angers peut se vanter d'être aussi charmante que captivante. Les maisons à pans de bois se succèdent inlassablement révélant un patrimoine historique exceptionnel. Incontournable, le château d'Angers domine La Maine et la Cale de la Savatte où des péniches sont amarrées sagement. Vous serez surpris de découvrir à l'intérieur des remparts de magnifiques jardins.

Après être passé par un parterre de buis et de fleurs présentés à la française, les terrasses sur les hauteurs des tours rondouillardes s'inspirent d'un style plus médiéval, offrant une grande variété d'aromates. Dans l'enceinte, ne manquez pas de découvrir la Tapisserie de l’Apocalypse, une plongée dans l'obscurité moyenâgeuse.

Image
Angers et la Maine

 

Pour parfaire votre séjour en Anjou : Dormez à L'Oisellerie, une des plus anciennes maisons d'Angers classée Monuments Historiques.

Image
Hébergement de charme à Angers

 

Depuis Angers, en suivant la rivière, on monte en Mayenne, les petits villages pittoresques se suivent mais ne se ressemblent pas. Seul leitmotiv, un cours d'eau ponctué d'écluses, ravissant. J'enfourche un vélo électrique pour filer sur les chemins de halage et s'ensuit une douce matinée au rythme de l'eau.

Image
Balade le long de la Mayenne

 

Une pause pour rencontrer le coutelier de la Roche-Neuville qui occupe l'une des écluses des rives entre Château-Gontier et Laval. C'est déjà l'heure de manger ! Je vous conseille de vous arrêter à la guinguette Le Beyel pour un repas convivial comme à la maison et pourquoi pas une sieste sur l'une des chaises longues.

En me laissant guider par la rivière, de balades à vélo puis à cheval, je progresse désormais tranquillement sur les rives de la Sarthe jusqu'à Malicorne. On vient ici pour approcher un métier d'Art très ancien, celui de faïencier. Le musée de France apporte tout ce qu'il faut de précisions sur le sujet, c'est passionnant.

Image
Bijoux avec le faïence de Malicorne

 

Plus loin, je fais ma première croisière du séjour. Une promenade sur ces cours d'eau que je ne cesse de longer et de franchir depuis le début. Je suis enfin portée par les flots, à bord d'une toue sablière en plein centre ville du Mans. L'embarcation en bois avec ses voiles blanches matche complètement avec la Cité Plantagenêt qui s'étend en toile de fond. L'immense cathédrale et les vestiges de la muraille gallo-romaine ne sont que la partie émergée de l'iceberg. Le cœur médiéval sera à explorer à pied par la suite.

Jean-Yves aux commandes du petit navire conte l'histoire de la cité avec douceur. Bercée par la rivière ondulante, la vie qui se déroule sur les berges apparaît sublimée. Les promeneurs sont assis dans l'herbe, un couple trinque sous le saule pleureur, on entend les rires qui se font échos et le soleil donne à tout ce petit monde un vernis doré.

Image
Balade en toue au Mans
Carte